Réduction des risques à la maison

Depuis les débuts de l’assurance habitation, la taille et la conception des maisons ainsi que l’utilisation de l’aire habitable ont grandement évolué.

Selon la Société d’hypothèques et de logement du Canada, la maison moyenne a presque triplé en taille, passant d’environ 800 pieds carrés en 1950 à près de 2 300 pieds carrés en 2005. La maison moyenne construite de nos jours fait 2 000 pieds carrés.1

L’espace fonctionnel des maisons a également évolué. L’aménagement des sous-sols est un concept relativement nouveau et constitue l’un des changements les plus importants depuis les années 1950. Jadis lieu de rangement et d’entreposage de denrées non périssables, le sous-sol est désormais de plus en plus souvent aménagé en espace habitable meublé. Le coût de remplacement des matériaux servant à aménager partiellement ou entièrement les sous-sols ainsi que celui du mobilier, des biens et même des appareils électroniques qui y sont utilisés peut être très élevé.

Un autre facteur d’évolution dans la conception des maisons est le lieu de construction. Certaines maisons neuves sont construites à des endroits qui les rendent plus vulnérables aux dommages. C’est le cas, par exemple, des plaines inondables ainsi que des forêts ou montagnes vulnérables aux feux incontrôlés.

Comme les dégâts d’eau représentent l’une des principales causes des demandes d’indemnité en assurance habitation, il est important que vous réfléchissiez à ce que vous pouvez faire pour réduire les risques et les conséquences de tels dégâts dans votre maison.

De pair avec les dégâts d’eau, les intempéries constituent l’un des plus gros défis auxquels les Canadiens font face et qui atteignent surtout l’extérieur de votre maison. Les matériaux utilisés pour la toiture et le revêtement extérieur d’une maison déterminent grandement sa résistance aux intempéries et leur facilité de réparation, surtout en cas de dommages causés par les tempêtes de vent et la grêle.

1. Source : Association canadienne des constructeurs d’habitations, Pulse Survey, mars 2014 (en anglais)